Le Centre de la Prostate

Adénome prostate : troubles urinaires et sexuelles

Hypertrophie bénigne de la prostate est une affection caractérisée par une hypertrophie de la glande, mais non cancéreuse. C’est la tumeur bénigne la plus fréquente chez les hommes âgés de plus de cinquante ans, affectant un homme sur deux à cet âge.

Adenome de la prostate

Adénome de la prostate ou hypertrophie bénigne de la prostate (HPB) est une pathologie fréquente de l’homme à partir de 50 ans.

En effet, la prostate est une glande située sous la vessie, que seuls les hommes possèdent. L’urètre (canal par lequel l’urine s’écoule de la vessie vers le méat urinaire) traverse la prostate. Avec l’âge, la prostate va augmenter de volume ; cette hypertrophie est souvent à l’origine de troubles urinaires affectant la qualité de vie.

Lorsque la prostate se développe, l’urètre est comprimé. Les principaux symptômes d’un adénome de la prostate sont urinaires et sont dus à la compression de l’urètre par l’adénome. En effet, la diminution du calibre de l’urètre entrave la vidange de la vessie.

L’hypertrophie bénigne de la prostate expose à une obstruction de la base de la vessie et de l’urètre, qui est à l’origine de tous les signes cliniques, en particulier des troubles urinaires.

Ces troubles urinaires sont de deux types :

  • des signes obstructifs liés à l’engorgement urétral ;
  • des signes irritatifs liés à la souffrance vésicale consécutive à l’engorgement.

D’une part, les troubles urinaires se manifestent sous deux formes distinctes, offrant un tableau clinique riche en nuances. D’une part, les signes obstructifs tracent leur origine jusqu’à l’engorgement urétral, créant ainsi une dynamique entravée dans le processus d’évacuation. Cette manifestation se dessine comme une entrave physique à l’écoulement normal de l’urine, mettant en lumière la complexité des mécanismes urinaires perturbés.

D’autre part, les signes irritatifs émergent de la souffrance vésicale, une conséquence directe de l’engorgement antérieur. Ce volet des troubles urinaires met en exergue la détresse infligée à la vessie, soulignant ainsi la dualité des symptômes. L’ensemble du tableau clinique se présente comme une partition subtile où les notes obstructives et irritatives s’entremêlent, créant une symphonie pathologique.

Ce schéma sémantique complexe révèle les intrications délicates entre les composantes anatomiques et fonctionnelles du système urinaire perturbé. Une analyse approfondie est importante pour comprendre les symptômes et aider à traiter ces troubles.

Adénome prostate

Causes et complications de cette affection

L’adénome de la prostate, également connu sous le nom d’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), demeure une problématique médicale significative, surtout chez les hommes d’un certain âge.

Les raisons exactes de cette condition restent en partie mystérieuses. Cependant, les experts médicaux s’accordent à dire que les changements hormonaux liés au vieillissement masculin en sont probablement la cause. Cette augmentation de la taille de la prostate, qui affecte plus de 30 % des hommes de plus de 50 ans, n’est pas cancéreuse. Elle provoque différents symptômes et a des conséquences sur la santé urologique.

Les complications associées à l’adénome de la prostate s’étendent au-delà de son impact structurel. La présence de sang dans l’urine, appelée hématurie, peut être l’un des signes inquiétants.

En plus, les hommes avec cette condition risquent d’avoir souvent des infections urinaires, ce qui rend la gestion de leur santé plus compliquée.

Les lésions de la vessie, conséquences potentielles de l’hypertrophie, ajoutent une dimension supplémentaire aux défis médicaux posés par cette pathologie.

Les problèmes aux reins et aux calculs dans la vessie sont plus fréquents avec l’adénome de la prostate. Il est important de prendre soin de sa santé.

En plus, la rétention urinaire peut être observée, perturbant l’évacuation de l’urine. Cela rend les symptômes et les complications de cette condition fréquente mais parfois négligée plus complexes.

L’adénome de la prostate n’est pas toujours lié au cancer, mais il peut affecter la qualité de vie et la santé des hommes. Il est donc important de comprendre et de gérer cette condition médicale de manière proactive.

Hypertrophie de la prostate et prostatite : A ne pas confondre

L’Hypertrophie Bénigne de la Prostate (HBP) et la prostatite sont deux affections distinctes de la prostate. Voici une brève distinction entre les deux :

Hypertrophie Bénigne de la Prostate (HBP) : L’HBP est une affection courante chez les hommes plus âgés. Elle se caractérise par une augmentation non cancéreuse de la taille de la prostate, ce qui peut entraîner des symptômes tels que des problèmes urinaires. Les symptômes typiques de l’HBP comprennent une augmentation de la fréquence urinaire, des difficultés à commencer et à arrêter l’urination, une faiblesse du flux urinaire, et une sensation de vidange incomplète de la vessie.

Prostatite : La prostatite, en revanche, est une inflammation de la prostate qui peut survenir à tout âge. Elle peut être causée par une infection bactérienne ou non bactérienne. Les symptômes de la prostatite incluent des douleurs ou des sensations de brûlure pendant la miction, des douleurs dans la région pelvienne, des troubles de l’éjaculation et parfois de la fièvre.

Il est important de noter que bien que ces deux affections puissent présenter des symptômes similaires, elles ont des causes différentes et nécessitent des approches de traitement distinctes. Si vous ressentez des symptômes liés à la prostate, il est crucial de consulter un professionnel de la santé pour obtenir un diagnostic précis et un plan de traitement approprié.

Qu'est-ce que l'embolisation de la prostate ?

L’embolisation des artères de la prostate, une procédure médicale émergente, incarne une avancée significative dans le domaine de l’urologie. Cette intervention novatrice vise à traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate, une condition fréquente chez les hommes vieillissants. Considérée comme une alternative non chirurgicale aux méthodes conventionnelles, l’embolisation de la prostate se distingue par son approche minimalement invasive.

Pendant cette procédure, de petites particules sont injectées dans les artères de la prostate. Cela réduit le flux sanguin et fait diminuer la taille de la glande.

L’objectif est de réduire les symptômes gênants de cette condition, comme les problèmes pour uriner et les infections fréquentes des voies urinaires.

L’embolisation de la prostate est de plus en plus populaire car elle permet une récupération plus rapide et réduit les risques de l’opération. Ce traitement innovant allie la technologie médicale et la médecine personnalisée pour offrir aux patients une option thérapeutique adaptée à leurs besoins.

Les études cliniques montrent que cette technique est efficace pour améliorer la qualité de vie des hommes atteints d’hypertrophie bénigne de la prostate.

P

ZOOM – infos

Adénome prostate - symptômes

« Les symptômes urinaires en rapport avec l’augmentation de la taille de la prostate sont très fréquents chez les hommes après l’âge de 60 ans. Ils concernent près d’un homme sur deux et les traitements ne sont pas sans risque. »

Comment garantir le succès d'une intervention mini-invasive pour éliminer l'adénome de la prostate?

L’anatomie artérielle est un élément clé dans la réalisation d’une embolisation des artères prostatiques. La connaissance de l’anatomie artérielle permet d’anticiper les obstacles et de prévenir les éventuelles complications liées à une embolisation hors cible. Les embolisations hors cible peuvent toucher la vessie, le rectum et les corps caverneux. En pratique, il y a très peu de complications.

En effet, nous effectuons un scanner préopératoire pour cartographier le réseau artériel vasculaire de la prostate. Cela nous permet de déterminer à l’avance le trajet à suivre pendant la procédure d’embolisation.

fr_FRFrançais